FERMER LA FENETRE / ACCUEIL mjz-57.fr

Article posté le 8 février 2017  
Suppression de l’écotaxe : La Cour des comptes confirme un bilan catastrophique
 
L’écotaxe était une mesure écologiquement pertinente car elle redonnait de la compétitivité à la voie ferrée par rapport au transport routier. De plus, et c’est très important en zone frontalière, elle obligeait aussi les camions étrangers à payer une juste part des frais d’entretien et d’aménagement des routes.

Non seulement j’avais soutenu l’écotaxe lorsqu’elle fût votée mais en plus, j’ai refusé la démagogie de beaucoup de parlementaires de droite comme de gauche qui après avoir voté l’écotaxe, ont ensuite réclamé son abrogation. Cependant dans cette affaire, c’est le laxisme du Gouvernement qu’il faut avant tout mettre en cause. Notamment, les arbitrages irresponsables rendus par la ministre de l’Environnement, laquelle a complètement oublié que quand on gouverne, il faut avoir le courage d’assumer ses responsabilités.

Je ne suis donc pas surprise que le rapport de la Cour des comptes vienne de dénoncer sans aucune ambiguïté, la gabegie financière et le bilan global catastrophiques du Gouvernement en la matière. Pour nous Mosellans, ce bilan est encore aggravé par la perte de plusieurs centaines d’emplois qualifiés qui auraient compensé les séquelles des restructurations militaires puisque la société Ecomouv’ aurait été implantée dans la région messine.

Plus généralement, n’oublions pas que si l’écotaxe avait été créée, il aurait aussi été possible de financer d’importants travaux routiers. Avec l’écotaxe, on ne parlerait probablement pas aujourd’hui de la création d’un péage autoroutier pour financer la mise à 2 X 3 voies de l’A31 au Nord de Thionville.

De même, la Cour des comptes souligne à juste titre qu’avec l’écotaxe, les camions étrangers auraient payé 31 % du financement alors qu’avec la taxe de remplacement sur les carburants, ils n’en payent que 2 % (ils remplissent en effet leurs réservoirs avant de passer la frontière française). J’avais moi-même déjà développé cet argument à de nombreuses reprises et à l’époque, la ministre de l’Environnement l’avait malheureusement balayé d’un revers de main. Là aussi, elle a fait preuve d’une totale inconscience face aux réalités.

Oui, comme le dit la Cour des comptes, l’abandon de l’écotaxe constitue « un gâchis patrimonial, social et industriel ». Quel que soit le Gouvernement qui sera en place au lendemain des élections de 2017, il faut espérer que le dossier de l’écotaxe soit remis à l’ordre du jour. C’est en tous cas mon souhait et j’espère qu’il y aura de nombreux parlementaires pour partager mon point de vue.